Gili Gili et Bali


Une semaine complète à se faire dorloter au spa, manger comme des rois, prendre des cours d'artisanat, flâner entre les boutiques... se la couler douce encore une fois quoi! Mais il est temps de partir d'Ubud même si on adore l'endroit. Comme notre visa est valide seulement pour un mois, il ne faut pas manquer d'aller voir les plages qui font la renommée de l'Indonésie.

Pour atteindre notre prochaine destination, les iles Gili , la journée commence par deux longues heures d'attente à la pompe à essence parce qu'il y a rumeurs de pénurie de pétrole imminente sur l'île. Tous les habitants s'y rendent pour faire le plein, c'est le chaos total. Notre bus part avec trois heures de retard. Au port, où on doit prendre le ferry, c'est aussi un bordel monstre. Ça crie, les gens entassent des boîtes de fruits dans tous les coins, de gros sacs de riz et des cages farcies de poulets qui suffoquent et des marchandises de toutes sortes. Il fait chaud, on est entassés au maximum et bien sûr, tout le monde a une cigarette au bec. Bonjour le mal de mer. On réussit tout de même en jouant un peu du coude à se trouver deux places assises sur le rafiot qui ne nous inspire pas du tout confiance.

Le traversier qui devait nous amener sur Gili Meno ne fait le trajet que le lendemain matin. On doit donc passer la nuit à Senggigi. Hôtels de luxe, grands restaurants, clubs branchés... mais pas un touriste en vue. On nous offre les boissons gratuites, le service est exceptionnel et après le repas on nous demande, presque en suppliant, si nous allons revenir le lendemain. On nous explique que la ville est désertée par les vacanciers depuis la mise en service du speed boat qui relie directement les Îles en trois heures, ce qui évite de faire escale ici.

Le lendemain matin, à bord du traversier qui s'avère être une vielle chaloupe qui prend dangereusement l'eau de partout, on arrive enfin à destination, Gili Meno ou Honeymoon island, comme les guides de voyage la surnomment.


gili_meno_2

Sur l'île il n'y a rien. Seulement une route de terre battue qui relie les bungalows entre eux et les quelques restaurants qui servent les prises du jour que l'on savoure en tête à tête à la chandelle sur la plage une fois le soir venu! Notre hutte donne directement sur le sable blanc. Le matin, on vient nous servir le petit déjeuner que l'on déguste en écoutant le bruit des vagues depuis notre balcon. En après-midi, on fait bronzette ou on met nos masques pour aller découvrir le monde aquatique. Il y a des coraux multicolores de toutes sortes, on a l'impression de voler au-dessus d'une étrange forêt miniature quand soudainement, une tortue de mer de plus d'un mètre de diamètre vient se joindre à nous, nageant à quelques centimètres. Nous avons droit à une visite guidée de son monde, elle nous fait découvrir des poissons tous plus jolis les uns que les autres, nage un moment à nos côtés puis nous quitte silencieusement comme elle est arrivée. Un moment inoubliable! On croise trois immenses cuttle fish (sèche??) qui semblent nous regarder droit dans les yeux et on pourrait jurer, qu'avec l'une de leur tentacule, elles nous font un signe de peace en guise de bienvenue. On s'approche un peu et pouf, par magie, elles disparaissent, pour réapparaître un mètre plus loin, mais d'une tout autre couleur, puis encore, en un instant, elles passent du brun au jaune, puis au rouge, jusqu'à ce qu'on les perde de vue. Des poissons-perroquets, des poissons volants, des petits, des gros. Malheureusement, un peu plus tard, on tombe nez à nez avec des milliers de petites méduses qui forment un mur infranchissable et qui nous force à sortir hors de l'eau.

Après une semaine de lune de miel, on remonte dans la chaloupe toute pourrie pour Gili Trabawan qui, elle, est surnommée la Party island !! La plage est sale, il y a d'insupportables rabatteurs qui tentent de nous amener presque de force à leur hôtel. On nous offre des trucs à fumer ou des champignons toutes les deux minutes, il y règne une ambiance louche, et en plus tout est beaucoup plus cher. On a besoin d'argent, mais impossible d'encaisser des chèques, il n'y a pas de guichets et faire une avance sur la carte de crédit implique une commission de 18 %, ce qui est hors de question. On a juste assez d'argent pour deux billets sur le speed boat qui quitte pour Bali le lendemain et quelques margaritas bien glacées dans un des lounge branché sur la plage. Une fois que l'on a bu jusqu'à nos derniers sous, on rentre à l'hôtel pour se coucher. Bien installés dans le lit, le sommeil se fait sentir, nos paupières se font lourdes.......BANG!!! le matelas s'effondre en plein centre, on se retrouve par terre le lit en mille miettes. On rit un bon coup à l'idée d'aller expliquer à la réceptionniste qui ne parle pas beaucoup anglais qu'on a éclaté son lit. Je me rends seul à l'accueil parce qu'Elaine est trop gênée à l'idée de ce que les gens peuvent s'imaginer. Au comptoir un écriteau indique : ask for the manager at the bar. Au bar, une dizaine d'Indonésiens complètement saouls m'écoutent raconter notre petite mésaventure. J'ai droit à des applaudissements, des cris, ça y est j'ai une réputation de chaud lapin !!! Le tout devrait être réglé sous peu, on me dit de patienter un peu, un nouveau lit devrait arriver. Je n'ai qu'à retourner dans la chambre et finir ce que j'avais commencé! Ça cogne à la porte, j'ouvre, il y a deux jeunes au sourire moqueur avec quelques outils et des planches de bois, ils viennent pour le nouveau lit, ils vont nous en construire un nouveau!! En rentrant le bois dans la chambre, ils heurtent le ventilateur qui se décroche du plafond, arrache un des rideaux en tombant et se fracasse sur le sol. Mort de rire, on quitte la chambre, on passe devant le bar où on a droit à une ovation puis on va patienter sur la plage le temps que les travaux finissent.

Le bateau rapide pour Bali attaque les vagues à pleine vitesse, ça monte, ça descend, on ne touche plus nos sièges, notre teint passe du blanc au vert, tout tourne autour de nous et une fois arrivés à bon port, tous les deux dans une synchronisation presque parfaite, on est malade un bon coup.

Kuta beach, la plage la plus touristique d'Indonésie, est loin d'être la plus jolie. C'est surpeuplé et impossible d'y être tranquille un instant, les vendeurs et les chauffeurs de taxi sont très très tenaces. Ici, aucune trace de l'exotisme d'Ubud. Starbucks, Mc Do et compagnie sont rois. Pourquoi venir à Kuta, pour les vagues! Une fois dans l'eau, sur la planche de surf, on est enfin seuls et on s'éclatent!!!! Une semaine de surf et on est complètement accros. On n'a plus du tout envie de partir surtout que le travail en Australie arrive à grands pas. Mais avant tout, une dernière destination, Singapour.

indonesie_surf_bali_0205


un video sur les cuttle fish



L'aventure se poursuit à Singapour

1 commentaire:

  1. soleman abu moslam14 septembre 2008 à 17:01

    heloo
    how are you i hope you are good and avry thing ok for you

    www.bedouinsofwadirum.com

    suleman thank you

    RépondreSupprimer